PDC Homepage

Home » Products » Purchase

Zeitschrift für Sozialforschung

Volume 7, Issue 1/2, 1938

Ernst Krenek
Pages 148-165
DOI: 10.5840/zfs193871/253

Bemerkungen zur Rundfunkmusik

The essay takes as its starting point the specific social experiences of the composer with the radio, in other words, the relationship of the radio to contemporary music in particular, and to the broader problem of musical reproduction. This leads to questions which extend beyond the immediate orbit of the composer. The content of musical broadcasts is examined first. The production of serious and advanced modern music plays but a minor role. The content of the programs stems largely from the reservoir of „cultural goods“, and in a deteriorated form at that. On the one hand, banal works are pushed to the fore in consideration of the pre-formed taste of the public, and on the other hand, great music undergoes a process of banalization on the radio. — The thesis of the article is that the declining musical forms take on an „informatory“ character in order to make the listener more susceptible to propagandistic information. Such music distracts him and has a general tendency to „entertain“. Radio business aims to have music received as a mere background, not as a central figure. Music on the radio is nothing more than an „applied acoustical articraft for the embellishment of everyday life“, a veil. The types of radio organization are examined next. In Europe, the state-controlled public utility type predominates, whereas in America the radio, like the press, is largely dependent on the interests of the advertisers. In the authoritarian states, economic interests are both concealed and conveyed through the totalitarian propaganda. Finally the author poses the problem of the way in which the radio affects the work of art and its social manifestation. The progressive moment is emphasized, for the new mode of presentation fosters an appropriate, anti-illusory attitude on the part of the listener which is conducive to knowledge. It is an attitude which is also necessary for the interpreter on the radio. The unillusory self-presentation of the work of art is construed as the positive aim of radio transmission. The progressive trends are seriously restricted, however, by the contemporary function of the radio. Today, under favorable circumstances, it can help „reveal the mass of contradictions in the existing world. L'article part des expériences sociales spécifiques que la radio livre au compositeur : d'abord la relation de la radio à la musique actuelle, plus généralement aux problèmes de la reproduction musicale. L'étude arrive à des conclusions qui débordent le cadre de l'expérience immédiate du compositeur. On examine en premier lieu le programme musical de la radio. La production contemporaine n'y figure que dans une très faible mesure. Le programme est alimenté surtout par le réservoir des „biens traditionnels de la culture44, à vrai dire défigurés. D'un côté, par égard pour le goût du public, les productions banales s'imposent ; quant aux oeuvres de la grande musique de l'autre côté, elles n'échappent pas, à la radio, à une sorte de banalisation. L'auteur soutient que la musique en décadence prend de plus en plus un caractère d'information, c'est-à-dire : elle veut rendre l'auditeur plus ouvert aux informations de propagande. Elle le distrait et tend à la récréation. L'exploitation bureaucratique de la radio vise à faire de la musique non plus une figure, mais un arrière-plan. La musique à la radio n'est plus qu'une „activité artisanale pour enjoliver la vie quotidienne44 et un décor dont la fonction est de dissimuler. Par la suite, on passe en revue les différents types de l'organisation de la radio. En Europe, c'est „l'entreprise mixte44, contrôlée par l'État, qui domine. En Amérique, la radio — comparable alors à la presse — dépend de celui qui passe les commandes de publicité. Dans les États totalitaires, la propagande est à la fois camouflage et intermédiaire des intérêts économiques. Enfin, K. pose la question de savoir de quelle façon la technique de la radio influe sur l'oeuvre d’art et sur sa condition sociale. Le facteur de progression est souligné : le nouveau mode de représentation exige de la part de l'auditeur une attitude objective, curieuse, critique, hostile au rêve. En même temps, cette attitude doit être celle de l’interprète lui-même. Présenter l'oeuvre d’art dépouillée, libre de tout faux semblant — voilà le but positif de l’émission radiophonique. Les tendances progressives, cependant, sont malheureusement inhibées par la fonction actuelle de la radio. Aujourd'hui, celle-ci peut, tout au plus, contribuer à rendre „évidentes les multiples contradictions de notre monde44.

Usage and Metrics
Dimensions
PDC