PDC Homepage

Home » Products » Purchase

The Paideia Archive: Twentieth World Congress of Philosophy

Volume 11, 1998

Modern Philosophy

Scarlett Marton
Pages 116-121
DOI: 10.5840/wcp20-paideia199811251

Nietzsche et Kant: Philosophie, Critique et Morale

Il s'agit d'examiner premièrement les conceptions de la philosophie que Nietzsche et Kant embrassent. Tandis que Kant considère que la philosophie et le système s'identificient, Nietzsche envisage la philosophie surtout en tant que création des valeurs. D'après Kant, Nietzsche ne serait peutêtre qu'un dissipateur du savoir; celui qui se propose de faire des essais avec la pensée et qui assume, par conséquent, de différentes perspectives pour aborder la même question ne pourrait se prendre en tant que philosophe. Selon Nietzsche, Kant ne serait qu'un fonctionnaire du savoir; celui qui se limite à fonder des valeurs déjà établies ne serait qu'un "ouvrier philosophique." Pourtant, Nietzsche et Kant se mettent d'accord, quand ils attribuent un rôle privilégié à la critique, mais bien vite reapparaîssent les divergences entre eux. D'après Kant, la critique doit être considérée comme une discipline philosophique, non pas dans le sens d'un domaine du savoir, mais d'une "éducation" de la raison humaine, puisqu'il faut que celle-ci reconnaisse ses limites pour bien opérer dans ses différents usages. Selon Nietzsche, la critique entreprise par Kant n'a aucune légitimité, dans la mesure où elle opère de façon à accorder à la raison le double rôle de juge et d'accusé. Le but que nous poursuivons dans notre texte est cului d'examiner, à partir de ces résultats-là, la position prise par Nietzschhe vis-à-vis de la philosophie kantienne.

Usage and Metrics
Dimensions
PDC