PDC Homepage

Home » Products » Purchase

Symposium

Volume 24, Issue 1, Spring 2020

Janar Mihkelsaar
Pages 26-49

Experiencing and Saying the Finitude of Language in Heidegger and Derrida

This article explores how the later Heidegger and the early Derrida experience and say the “being” of language. Both stumble upon the impossibility of bringing language into language—either because, for Derrida, all terms are implicated in the differential process of semiosis; or because, for Heidegger, articulations are responses called forth from the being of language. This is how we experience the finitude of language. Instead of being plainly nameless, the word comes into presence in its being-absent, but does so in conflicting ways. Derrida’s différance brings into language the infinite self-signification of language, while Heidegger’s Ereignis brings into it the self-concealment of language in propositional statements. Cet article examine comment Heidegger, vers la fin de sa vie, et Derrida, à ses débuts, éprouvent et disent « l’être » du langage. Tous deux découvrent l’impossibilité de faire entrer le langage dans le langage – soit, dans le cas de Derrida, car tous les termes sont impliqués dans le processus différentiel de la semiosis; soit, dans le cas de Heidegger, car les articulations sont les réponses appelées par l’être du langage. C’est ainsi que nous faisons l’expérience de la finitude du langage. Au lieu d’être tout simplement sans nom, le mot trouve présence dans son être-absent, de manières néanmoins conflictuelles. La différance de Derrida fait entrer dans le langage l’auto-signification infinie du langage, alors que l’Ereignis de Heidegger y introduit l’auto-dissimulation du langage dans des formulations propositionnelles.

Usage and Metrics
Dimensions
PDC