PDC Homepage

Home » Products » Purchase

Roczniki Filozoficzne

Volume 12, Issue 1, 1964

Stanisław Ziemiański
Pages 27-37

Le Róle de la Cause Dans la Connaissance Scientifique Chez Aristote

La science, selon la conception aristotelicienne, héritée dans ses grands traits de Platon, c'est une connaissance par causes. Cette conception, à première vue, semble d'étre simple et claire, mais eile devient plus compliquée, quand nous essayons préciser, à quel point ce qu'Aristote entend par le mot ή αἰτία (la cause) est lie avec ce qu'il nomme ή ὲπιστήμη (la science). Dans cet article, nous nous intéressons en particulier aux problèmes suivants: Est-ce que toutes les quatre causes aristotéliciennes peuvent servir à l'explication scientifique ou quelques-unes seulement? Avec quels éléments de la science et ä quel point sont-elles liées? II y a deux les plus importants modi seiendi dans la conception aristotélicienne de la science: la définition et le syllogisme. Le lien entre la cause et la définition peut être considéré comme une base à la classification des définitions. A partir de ce lien, on peut diviser les définitions err nominales et réelles, et ensuite, ces dernières — en définitions des êtres qui ont leurs causes en eux-mêmes (les substances et les propriétés considérées comme indépendant à leurs sujets) et en définitions des êtres qui ont leurs causes hors eux-mêmes (les événements et les proprietes comme telles). La définition vise au premier lieu la cause formelle, bien qu'Aristote ne veuille pas excluer totalement de la définition la cause matérielle conçue le plus généralement et les causes extérieures. S'il s'agit de la relation de la cause au syllogisme, on doit constater qu'il y a des syllogismes correctement formulés qui cependant ne réclament pas la cause comme le moyen-terme — le pivot du syllogisme. Mais, ce ne sont pas les syllogismes scientifiques. Quant au genre des causes qui jouent quelque rôle dans les syllogismes, ici, comme dans le cas de la définition, il y a toujours la cause formelle qui tient le premier rang. Si Aristote pourtant tient compte des autres causes aussi, en vue de les appliquer comme des moyen-termes des syllogismes, on constate que les relations dans lesquelles les termes du syllogisme sont impliqués ne correspondent pas aux relations réelles. Le problème du lien de la cause et de la science nous montre qu'il est difficile d'adapter une conception héritée de la science à un contenu nouveau.

Usage and Metrics
PDC