Narrow search


By category:

By publication type:

By language:

By journals:

By document type:


Displaying: 1-10 of 27 documents

0.014 sec

1. Travaux du IXe Congrès International de Philosophie: Volume > 1
R. F. Piper From Defect to Deity: (A Restatement of Descartes’ Second Argument for the Existence of God)
abstract | view |  rights & permissions
Le fond du second argument de Descartes, c’est que Dieu est impliqué dans la connaissance de mon imperfection. L’expérience de mon imperfection me révèle un moi qui est fini, réel et spirituel. Un tel moi implique une puissance cosmique qui est réelle et spirituelle, mais qui est aussi infinie et parfaite: en découvrant mes imperfections, je découvre Dieu.
2. Travaux du IXe Congrès International de Philosophie: Volume > 1
Sarah Brown The Fundamental Postulates of the Cartesian System
abstract | view |  rights & permissions
E. A. Burtt, dans Metaphysical foundations of modern physic remarque que, «dans toutes les études génétiques qui sont entreprises aujourd’hui avec une telle confiance, la nature précise et les assomptions de la pensée scientifique moderne elle-même n’ont jamais fait l’objet d’une recherche critique réellement désintéressée » (p. 3). Si cela est vrai dans la science moderne, c’est surtout vrai dans la philosophie moderne. Demander quels sont les postulats d’un système quelconque est devenu une question habituelle, depuis que les mathématiques modernes ont mis en question la vérité des postulats d’Euclide et que la logique moderne en a fait ensuite autant de ceux d’Aristote. On recherche ici quels sont les postulats fondamentaux des systèmes cartésiens.
3. Travaux du IXe Congrès International de Philosophie: Volume > 1
A.-K. Stout The Alleged « Petitio Principii » in Descartes’ Appeal to the Veracity of God
abstract | view |  rights & permissions
L’hypothèse d’un trompeur suppose la validité du critère des idées claires et distinctes. Le doute vient de ce que notre créateur peut nous avoir faits tels que, quelque soin que nous prenions d’atteindre des idées claires et distinctes, ce qui nous semble clair puisse ne pas l’être. Ce doute est fondé sur l’ignorance de la nature de notre créateur, et on peut y échapper, en appliquant le critère à la question : « Notre créateur peut-il nous tromper ? » Bien que le doute ne puisse être que rétrospectif, il n’a rien à voir avec l’exactitude de la mémoire.
4. Travaux du IXe Congrès International de Philosophie: Volume > 1
James B. Pratt Descartes and the Psychophysical Problem
abstract | view |  rights & permissions
On trouve dans les écrits de Descartes trois théories psychologiques : 1° Mécanisme, 2° Interaction, 3° Occasionalisme. La troisième a pour motif de concilier la première et la seconde, mais elle n’y réussit pas du tout. L’interaction est une interprétation des faits empiriques. Le mécanisme est le résultat de la vue rationaliste du monde physique ; il se fonde donc finalement sur la volonté de croire. Dans la maturité de sa pensée, Descartes tend toujours plus vers la théorie de l’Interaction. Les critiques dirigées contre cette théorie ont peu de force, et ce que ces successeurs y ont substitué a peu de rigueur.
5. Travaux du IXe Congrès International de Philosophie: Volume > 10
Cornelius Krusé Cognition and Value Reexamined
abstract | view |  rights & permissions
Cette étude veut montrer que le contraste tranché entre connaissance et évaluation, fort répandu dans la pensée philosophique (spécialement aux États-Unis), d’après lequel on soutient que la connaissance atteint la réalité, tandis que, dit-on, l’évaluation n’exprime que le moi, est une thèse impossible à défendre en raison des ressemblances significatives et importantes que l’on peut trouver entre connaissance et évaluation. Bien que connaissance et évaluation ne soient pas identifiées, l’on soutient que l’évaluation n’est pas moins en contact avec son ordre de réalité que ne l’est la connaissance avec le type de réalité qui lui est propre.
6. Travaux du IXe Congrès International de Philosophie: Volume > 10
S. Alexander The Objectivity of Value
abstract | view |  rights & permissions
Objectivité veut dire coercition. Où réside ce caractère dans le cas des plus hautes valeurs ? Elles sont toutes des artifices, et une satisfaction donnée à certaines tendances des hommes. C’est pourquoi leur objectivité consiste non dans la contrainte de la nature sur l’esprit, mais dans celle de l’esprit sur l’esprit. De là naissent des étalons de valeur. Objections : 1° tirée de la valeur absolue : en quel sens elle existe, 2° de la valeur « subhumaine ». La valeur comme forme universelle, son existence comme « élection naturelle » (Laird).
7. Travaux du IXe Congrès International de Philosophie: Volume > 11
J. E. Boodin Cosmic Implications of Normative Structure
abstract | view |  rights & permissions
Nous considérons la structure (ou arrangement ordonné) dans son rapport au temps : sous ce rapport, la structure est normative, et l’avenir aide à constituer le présent et le passé. Des exemples sont empruntés à l’embryologie et à la géologie. On explique pourquoi il est difficile de concevoir une structure cosmique spatio-temporelle, et comment le développement récent de la physique nous y aide ; dans cette physique, la notion de structure cosmique a un rôle éminent. Il en résulte que seules sont viables les combinaisons qui sont dans La ligne historique de la nature.
8. Travaux du IXe Congrès International de Philosophie: Volume > 11
Daniel S. Robinson Ethics and Law
abstract | view |  rights & permissions
On rejette deux théories de la relation de la morale avec la loi : identification de la morale et de la loi ; conception de la loi comme minimum moral. Loi et morale se recouvrent en ce qu’il y a une série de normes dont l’une et l’autre tirent leur valeur. La morale pourrait donner une contribution importante à la loi en éclaircissant ces normes.
9. Travaux du IXe Congrès International de Philosophie: Volume > 11
William David Ross The Meanings of “Good ”
abstract | view |  rights & permissions
On soutient souvent que le bien moral, l’activité intellectuelle correcte et les plaisirs comme tels sont des biens dans le même sens. Mais la réflexion montre que, tandis que les deux premiers sont des biens au sens de choses à admirer, le plaisir comme tel n’est jamais à admirer, simplement pour son caractère plaisant. Pourtant nous sentons le devoir de produire certains plaisirs qui ne sont pas à admirer, c’est-à-dire qui sont moralement neutres, par exemple des plaisirs des sens pour les autres, et, d’une manière encore plus évidente, le devoir de ne pas produire pour eux des peines des sens, moralement neutres. C’est pourquoi il paraît que, à côté du sens du mot « bien » comme « digne d’admiration », nous devons reconnaître un autre sens, celui de « digne d’intérêt », et qu’il est autant de notre devoir de produire ce qui est bien en ce sens que ce qui est bien dans l’autre sens.
10. Travaux du IXe Congrès International de Philosophie: Volume > 2
K. R. Sreenivasa Iyengar The Nature of Descartes’ Method
abstract | view |  rights & permissions
On montre ici que la méthode de Descartes n’est pas déductive, mais présuppositionnelle. La logique de présupposition est une forme de logique réaliste qui admet qu’il y a des réels, indépendants l’un de l’autre dans leur essence, et échappant à toute déduction réciproque, mais qui, dans leur existence, soutiennent une relation telle que l’un présuppose l’autre, c’est-à-dire en dépend. Le cogito, le critère cartésien, l’idée de cause, les preuves de l’existence de Dieu, etc., tout cela tire une signification nouvelle et plus riche de cette méthode neuve d’interprétation.