Narrow search


By category:

By publication type:

By language:

By journals:

By document type:


Displaying: 51-57 of 57 documents

0.074 sec

51. Travaux du IXe Congrès International de Philosophie: Volume > 9
Stefan von Boda Leben, Seele, Geist und die Einheit der Wissenschaften
abstract | view |  rights & permissions
1-2. Analyse des diverses sphères « spirituelles », d’après Yidéalisme immanent. — 3. Relations entre Vordre spirituel dernier (absolu) et Vesprit du temps, toujours modifiable (esprit de communauté, etc.), ainsi qu’entre l’esprit du temps et les individus vivant dans le temps. — 4. Puisque la raison est « une projection de l’âme qui connaît et qui explique, sous tel ou tel mode intellectuel », on examine de plus près les relations entre âme, vie et esprit (Définition des mouvements vitaux ; comment ils se distinguent des mouvements mécaniques ; début du mouvement spécifiquement psychique). — 5. Unité dernière des sciences. Leur division : a) Sciences des relations dernières immuables des choses (de la physique à la psychologie) ; b) sciences de l’ordre, changeant dans le temps, de la vie commune des hommes dans l’histoire ; c) sciences des systèmes possibles de connaissance, d’intuition et d’évaluation de l’âme humaine. L’habituelle séparation stricte en « sciences de la nature » et « sciences de l’esprit » n’est pas justifiée. Les diverses manières (nombreuses) de mettre les choses en rapport dans les sciences (enchaînement des déterminations). Position et tâche de la philosophie.
52. Travaux du IXe Congrès International de Philosophie: Volume > 12
Oskar Kraus Wert, Norm und Recht
abstract | view |  rights & permissions
En 1901, l’auteur a démontré que la notion de la valeur économique est basée sur celle de la préférence et de l’avantage. Partant des résultats acquis par Franz Brentano dans l’analyse des notions d’avantage et de valeur, l’auteur démontre que tes notions d’utilité et de devoir se ramènent à cette même base (§6). Il s’ensuit une démonstration du rapport des obligations juridiques et des normes de droit positif, avec l’idée du devoir moral (§§ 9-11). L’auteur s’efforce de réaliser la synthèse du subjectivisme de Protagoras et de l’objectivisme platonicien en prenant, avec le premier, la conscience subjective comme point de départ, et en désignant, avec le second, les actes distingués comme justes {in sich als richtig charakterisierte Akte) pour fondement de l’objectivité de ce qu’on appelle vérités et valeurs objectives.
53. Travaux du IXe Congrès International de Philosophie: Volume > 12
Johannes Sauter Das Problem des Naturrechts
abstract | view |  rights & permissions
Introduction : Le Descartes historique était encore un métaphysicien. La morale dans l’ensemble de sa philosophie. — Développement : Le droit naturel est le fondement du droit. Les objections des écoles historique et positiviste ne sont pas probantes. Il faut distinguer entre idée du droit naturel et théorie du droit naturel. Le contenu du droit naturel n’est pas inconnu» Distinction entre droit naturel et loi naturelle. — Conclusion ; Le droit naturel comme intermédiaire entre l’empirisme du droit et le fidéisme du droit, ce qui est aussi la position de Descartes.
54. Travaux du IXe Congrès International de Philosophie: Volume > 7
Ludwig von Bertalanffy Biologische Gesetzlichkeit im Lichte der organismischen Auffassung
abstract | view |  rights & permissions
L’auteur développe les fondements de sa propre méthode « organismique » dans la Biologie ; ses principes essentiels, par rapport aux theories antérieures, sont les suivants : Considération totalitaire des phénomènes biologiques, par opposition à leur considération analytique ; conception systématique des phénomènes biologiques au lieu de leur sommation ; dynamisme au lieu de mécanisme ; primauté de l'actvité organique et non plus de la réaction. Sous le point de vue de l’organismisme on traite une série de questions fondamentales de biologie théorique : possibilité d’une exposition mathématique des lois biologiques, problème de la finalité et de l’equifinalité, mécanisme et vitalisme, rapport des lois physiques et des lois biologiques, signification de l'indéterminisme physique pour les faits biologiques.
55. Travaux du IXe Congrès International de Philosophie: Volume > 7
Grete Hermann Die naturphilosophische Bedeutung des Übergangs von der klassischen zur modernen Physik
abstract | view |  rights & permissions
Cette étude montre comment, malgré les changements qu’elle а introduits, la physique moderne maintient certaines idées fondamentales de la physique classique (principe de la correspondance de Bohr). Sacrifiant beaucoup de l'idéal d’une physique mécaniste, elle reste pourtant liéе à cette thèse de Kant, que les formes de l'intuition et les catégories sont les suppositions nécessaires de la connaissance de la nature.
56. Travaux du IXe Congrès International de Philosophie: Volume > 7
H. Jordan Methode der Biologie und kausaler Determinismus
abstract | view |  rights & permissions
La biologie expérimentale et causale a pour tâche d’apprendre à connaître le genre de rapports qui existent entre toutes les parties de l'organisme. A côté de la reproductibilité des phénomenes de détail dépendant de causes, il у a la reproduction naturelle de l’événement de la vie dans sa totalité. La reproductibilité du résultat de causes nombreuses suppose, comme donné, l’ordre ou la structure de ces causes. La biologie est, en première ligne, la science de ces structures causales. L’on peut montrer diverses sortes de formes de ces structures. Il n’y a pas d’explication causale de la vie ; eile est seulement décrite comme ensemble de rapports. La biologie n’est pas science des effets de causes ordonnées ; elle est science de la manière d’être ou de l’origine de ces causes.
57. Travaux du IXe Congrès International de Philosophie: Volume > 7
Mieczysław Kreutz Kausalgesetze als negative Gesetze
abstract | view |  rights & permissions
On ne peut comprendre et démontrer la nécessité d’un lien causal autrement qu’en le ramenant au principe ontologique de contradiction. L’effet doit apparaître nécessairement parce que, dans le cas contraire, il existerait un état de choses renfermant une contradiction, ce qui est complètement exclu. La loi causale ne définit donc pas d’une manière stricte et positive ce qui vа résulter de la cause, elle exclut ce qui ne peut pas s’ensuivre. L’application de ce principe conduit à une transformation complète des notions de la cause et de l’effet, d’où résultent d’importantes conséquences méthodologiques et psychologiques qui sont dévloppées dans la présente communication.