Displaying: 11-20 of 27 documents

0.068 sec

11. Travaux du IXe Congrès International de Philosophie: Volume > 2
Léon Roth The Descartes-Huygens Correspondance
abstract | view |  rights & permissions
La correspondance entre Descartes et Huygens, quoique maintenant absorbée dans le corpus général des lettres de Descartes, garde son intérêt et son importance propre. A part son caractère unique, comme série complète de lettres échangées entre deux hommes d’une distinction si différente, elle nous montre avec quelle précaution il nous faut accepter le texte des lettres de Clerselier et le récit de Baillet sur la vie de Descartes en Hollande. Et comme toutes les vies de Descartes reposent finalement sur Clerselier et Baillet, notre Correspondance nous montre qu’il est nécessaire d’examiner à nouveau tout le problème.
12. Travaux du IXe Congrès International de Philosophie: Volume > 3
Paul Russell Anderson Descartes’ Influence in Seventeenth-Century England
abstract | view |  rights & permissions
Descartes a occupé le centre de la scène intellectuelle en Angleterre bien que son influence ait été due à des circonstances accidentelles et à de vigoureuses critiques plutôt qu’à des disciples consciencieux. Son rationalisme offrait la certitude en religion et une interprétation de la science. Mélangé à l’expéri- mentalisme anglais, il a créé une ambiguïté dans la méthode scientifique et il a conduit à des controverses sur la nature de la connaissance. Son mécanisme a inspiré une étude critique et il a influencé les théories anglaises de l’espace et du temps. Quand sa science a été employée à la défense de la religion, elle a signifié le développement d’interprétations nouvelles sur Dieu, et elle a conduit aux controverses du déisme.
13. Travaux du IXe Congrès International de Philosophie: Volume > 3
Prabhu Dutt Shastri Descartes’ Method in the Light of Hindu Metaphysics
14. Travaux du IXe Congrès International de Philosophie: Volume > 3
Ralph Tyler Flewelling Chinese Influences in Late Cartesianism
abstract | view |  rights & permissions
La science nouvelle, dont la philosophie de Descartes est une lumineuse expression, s’est tournée vers l’étude de la nature. L’intérêt pour le naturalisme s’augmenta grandement grâce aux nouvelles sources d’information concernant la philosophie chinoise. Cette rencontre donna naissance à la théorie de la religion naturelle opposée à la religion révélée, à la théorie de l’éducation naturelle et au mouvement dit physiocratique. La connaissance des influences chinoises repose surtout sur les recherches de quelques savants français, mais elle n’a jamais été convenablement traitée dans les histoires générales de la philosophie.
15. Travaux du IXe Congrès International de Philosophie: Volume > 4
Arthur E. Murphy A Critique of Positivism
abstract | view |  rights & permissions
Le positivisme, de Comte à Carnap, a marqué une étape dans le développement d’une science spéciale (sociologie, psychologie ou logique) en dehors des sujets traités jusque là par la philosophie. Cette communication montre que la « syntaxe logique » de Carnap comme la « synthèse subjective » de Comte est un hybride, — une tranche de la philosophie en train de devenir science, et essayant, à l’étape intermédiaire de son processus, d’être à la fois science et philosophie.
16. Travaux du IXe Congrès International de Philosophie: Volume > 5
Ludwig von Mises The Logical Character of the Science of Human Conduct
abstract | view |  rights & permissions
La science des lois générales régissant le comportement humain ne saurait être fondée sur l’expérience, vu que les sciences sociales ne se prêtent pas à l’expérimentation directe et que des complexes de phénomènes, tels que ceux qui s’offrent dans la réalité donnée, ne peuvent servir de base à l’élaboration d’un système scientifique. La Praxéologie, qui est la science exacte du comportement humain et dont l’Économie Politique constitue à ce jour la partie la plus évoluée, ne peut être, par suite, qu’une science déductive. Elle ne peut se fonder que surl’analyse des éléments de l’action et de ses principes logiques, que l’homme, être agissant, peut découvrir dans son esprit et dans sa conscience.
17. Travaux du IXe Congrès International de Philosophie: Volume > 5
Richard Robinson The discourse on Method in Republic (510-511)
18. Travaux du IXe Congrès International de Philosophie: Volume > 8
John Laird Reflexive and Transcendent Cognition
abstract | view |  rights & permissions
Toute connaissance est à la fois transcendante et réflexive ; elle est transcendante, puisque tout savoir est savoir de quelque chose ; on prouve qu’il en est ainsi, même lorsqu’il s’agit de la connaissance de soi ; elle est réflexive puisque tout savoir est conscient. Il y a d’ailleurs, entre ces deux caractères, une disparité radicale, et c’est ce que montre l’analyse des arguments de ceux qui croient trouver une contradiction dans la notion d’une « connaissance de soi transcendante ».
19. Travaux du IXe Congrès International de Philosophie: Volume > 9
Har Dayal Personality and super-personality
abstract | view |  rights & permissions
La conscience, qui est un attribut de tous les êtres vivants, se développe, chez l’homme, en conscience de soi et personnalité. Dans le sommeil, l’hypnose et l’évanouissement reste seule la subconscience. Mais la conscience de soi disparaît aussi dans l’activité créatrice artistique, dans la contemplation du grand art, dans la concentration de la recherche scientifique, dans l’expérience émotionnelle de l’accroissement de pouvoir et dans la psychologie des foules. Dans des cas de ce genre, la connaissance de soi et la dualité du sujet et de l’objet disparaissent, mais la personnalité humaine est plus harmonieuse et intégrée. Cette superconscience ou superpersonnalité supérieure est une et indivisible pour toute la race humaine : c’est le Moi social, dans lequel plongent nos moi séparés.
20. Travaux du IXe Congrès International de Philosophie: Volume > 9
V. Subrahmanya Iyer Pure philosophy in India
abstract | view |  rights & permissions
La philosophie hindoue repose sur une vérité impossible à contredire, au-dessus de tout doute et de toute discussion, sur la connaissance de toute existence par laquelle celui qui l’atteint atteint chaque chose. Elle vise l’identité du moi individuel avec le tout.Son unité : elle repose sur la totalité de l’expérience en coordonnant les trois états de veille, de songe et de sommeil, — et non sur la veille seulement comme les autres philosophies, arts ou religions. Elle ne fait appel ni à l’intuition ni à l’intellect, mais à la raison, absolument.Son témoignage : elle cherche non la satisfaction des races, nations ou individus humains, mais le bonheur de tous les êtres.