Displaying: 1-13 of 13 documents

0.023 sec

1. History of Communism in Europe: Volume > 4
Camelia Runceanu Le « procès du communisme » et les formes de la rhétorique de l’« anticommunisme » dans la presse intellectuelle roumaine audébut des années 1990
abstract | view |  rights & permissions
Sous l’emprise de l’urgence, a la suite de la démission du communisme, des intellectuels autonomistes d’avant 1989 se mobilisent au nom de la morale. Le regroupement d’intellectuels permet de mettre en valeur le capital moral qu’ils cumulent et que certains ont obtenu avant 1989 et le volume du capital symbolique en procédant a une réévaluation du capital culturel acquis sous le communisme pour s’engager au nom des valeurs intellectuelles. L’affirmation collective des intellectuels suppose la construction d’une identité commune qui est en rapport avec l’évaluation du passé. Cet article présente une premiere étape dans le travail de construction d’une identité commune et de légitimation des engagements intellectuels qui consiste dans le recours a la mémoire individuelle au moment meme de la restructuration de l’espace politique et dans la formulation du « proces du communisme » comme proces « moral». Le témoignage est une forme prise par le travail de mémoire qui prend une place importante dans les stratégies discursives de légitimation de la position des intellectuels, des revendications d’un rôle politique par des intellectuels consacrés sous le communisme et des intellectuels autonomistes de la période communiste. Le travail de mémoire qui nous est présenté sous diverses formes s’inscrit et fonde l’objectif principal de ces intellectuels, a savoir faire le « proces du communisme ».
2. History of Communism in Europe: Volume > 7
Elisa Goudin Faire collaborer artistes, intellectuels et ouvriers pour créer une société meilleure: les stratégies politiques du SED en matière de gestion de la culture en RDA
abstract | view |  rights & permissions
Les archives municipales de Berlin ont conservé tous les documents produits par la Maison berlinoise du travail culturel, Berliner Haus für Kulturarbeit, qui a été fondée en 1953 sous le nom de Berliner Volkskunstkabinett et dissoute en 1991. Ces archives permettent de suivre en filigrane les réflexions conduites en RDA sur le thème de l’action culturelle publique, dont les deux interrogations principales peuvent se résumer ainsi : comment peut-on encourager différentes formes de participation des travailleurs et ainsi favoriser le développement d’un art censé être authentiquement populaire et acquis à la cause de la révolution socialiste ? Et comment l’art peut-il être le vecteur d’une identification « nationale » avec l’État de RDA ?Nous proposons d’étudier ces archives sous l’angle du combat mené par le SED, le parti communiste au pouvoir en RDA, pour créer une société révolutionnaire, pour rendre possible l’utopie d’une société parfaitement égalitaire par le moyen de l’art. En effet, si les choix économiques, politiques, sociaux du SED sont bien connus aujourd’hui, les chercheurs se sont pour l’instant moins intéressés au langage du politique dans le domaine artistique, et notamment à la question centrale de savoir comment ce régime concevait son rôle et sa responsabilité à l’égard des pratiques artistiques des ouvriers.
3. History of Communism in Europe: Volume > 7
Stefan Lémny La délation dans la Roumanie communiste: Lectures pour une nouvelle recherche
abstract | view |  rights & permissions
L’étude de la dénonciation n’est pas un sujet nouveau dans l’historiographie mondiale. Elle bénéficie de prémisses importantes, reparties très inégalement par époques historiques ou par régions géographiques. Il s’impose de constater, sans entrer dans les détails des préoccupations en la matière, l’importance qu’a connue la recherche de ce phénomène dans l’antiquité greco-latiné, dans la république vénitienne de l’époque pré-moderne et moderne ou dans la France révolutionnaire. La chute du Mur a considérablement apporté à l’ordre du jour cette direction d’études, dans le contexte de l’intérêt plus général pour l’histoire du monde communiste. En effet, comment comprendre le fonctionnement de ce monde sans prendre en compte son mécanisme complexe, entremêlant le bruit de la propagande et le silence du secret ?Nous souhaitons proposer une direction de recherche à partir de l’évaluation de l’historiographie la plus récente et de la méthodologie qu’elle suggère.