Narrow search


By category:

By publication type:

By language:

By journals:

By document type:


Displaying: 1-10 of 13 documents

0.144 sec

1. Journal of Philosophical Research: Volume > 27
Gilbert LaRochelle Préjugé et Éthique dans L’Épistémologie Poststructuraliste
abstract | view |  rights & permissions
La déconstruction des représentations modernes se réclame aujourd’hui de plus en plus de la suspension des critères du jugement non pas à l’instar des règles de la morale chrétienne (“qui es-tu pour juger?”), mais plutôt par une destitution des finalités de tout arrière-monde. Dans cette optique de reconfiguration des catégories, parler du préjugé revient, d’entrée de jeu, à s’exposer dans le cadre d’une métaphysique de la modernité et à évoquer un report possible à l’objectivité. Or, les basculements contemporains dans l’ère du soupçon appellent malgré tout une interrogation: Où est donc passé le préjugé? De quelle histoire restet-il la trace? Cet exposé montre que, loin d’être nié ou confiné à un champ de représentations archaïques, il est plutôt en voie d’être réhabilité, pourvu d’une nouvelle dignité sans le nom, d’ailleurs péjoratif, voire transformé en catégorie épistémique au nom du relativisme et de l’incommensurabilité des univers de sens. Il semble passer de nos jours par un accueil acritique de la contingence ou par l’abandon à une compréhension préréflexive du monde comme possibilité maximale de toute entreprise cognitive. Le propos tente de dégager les difficultés théoriques que pose le projet de la suspension du jugement dans l’épistémologie poststructuraliste.
2. Journal of Philosophical Research: Volume > 37 > Issue: Supplement
Bertrand Saint-Sernin L’idée de renaissance
abstract | view |  rights & permissions
The term “Renaissance” usually applies to a period in European history during which the Greco-Latin culture was rediscovered and modern science started. We show that “the Idea of Renaissance” indicates a universal process: a community (a nation, for example), identifying needs that it does not know how to satisfy by itself, and recognising that another community already satisfies them, tries first to acclimate the external process, and then becomes a creative entity. Several interpretations of this process have already been given: we study three of them: the law of the three states by Auguste Comte, the notion of “a single revolution” in Kant’s Critic of Pure Reason and Critic of Judgement, and the notion of “scientific revolution” by A. A. Cournot. Thus conceived, Renaissance means a challenge in which all cultures are equally involved: discovering, even elsewhere, the means of satisfy needs which are related to scientific knowledge and know-how; trying to assimilate them; and making them productive and indigenous by becoming creative.
3. Journal of Philosophical Research: Volume > 37 > Issue: Supplement
Jean Greisch «Repenser la philosophie»: Une tâche et un problème herméneutique
abstract | view |  rights & permissions
Si «penser» est d’abord un acte, «repenser» l’est aussi. On ne peut «repenser» que ce qui fut déjà pensé une fois. Ce que «repenser» veut dire, nous ne le comprenons que si nous nous demandons au préalable ce que «penser» veut dire. Pour Heidegger, cela revient à se demander ce qui nous appelle à penser, pour Kant, c’est se demander comment on peut s’orienter dans la pensée, pour Nietzsche, ce qui nous pousse à penser, à quoi j’ajouterai la question, moins connue et plus déconcertante, d’Eugen Rosenstock-Huessy dans son essai sur la «pensée dative»: «Cui cogitatur?», «À qui nos pensées sont-elles destinées?»À quoi nos pensées sont-elles dédiées?, à qui sont-elles destinées?: c’est la tension féconde entre ces deux questions qui nous met sur la voie d’une réflexion sur le sens que le verbe «repenser» peut revêtir dans la bouche d’un philosophe. À la différence de ceux qui s’imaginent que «repenser» veut dire simplement distribuer un peu différemment les cartes du savoir, les vrais «repenseurs» ne cessent de se demander à quel jeu ils jouent quand il s’efforcent de penser philosophiquement et ils cherchent à avoir une conscience plus nette des enjeux de ces jeux de la pensée.
4. Journal of Philosophical Research: Volume > 37 > Issue: Supplement
Jean-Yves Goffi La communauté morale et son extension
abstract | view |  rights & permissions
On se propose de fédérer les questions relevant de la bioéthique, des générations futures et de l’éthique environnementale autour du thème de la communauté morale. On examinera certains problèmes théoriques posés par l’élargissement de celle-ci. On soutiendra qu’il n’est possible d’y faire face qu’en se ralliant à une forme d’anthropocentrisme. Toutefois, il s’agit d’un anthropocentrisme méta-axiologique, pas d’un anthropocentrisme normatif: il ne saurait être question de soutenir que les intérêts des être humains ont, toujours et partout, priorité sur les intérêts des autres créatures.
5. Journal of Philosophical Research: Volume > 37 > Issue: Supplement
Nkolo Foé Relativisme et polarisation du monde: Une contradiction majeure du capitalisme historique
abstract | view |  rights & permissions
Relativism issues occur in a context characterised by the resurfacing of culturalism and attempts to substitute historical causality based on class struggles with a new causality based on great cycles of civilizations and culture clashes. Symptons include rejection of class struggle, biologisation and culturalisation of social inequalities, and denial of universal values—all linked to the delegitimisation of emancipatory reason, which supposes an ethical approach to social and global issues. In Europe, from the end of the nineteenth century to the beginning of the twentieth, destruction of reason and the neglect of universal values by institutions of capitalism led to the barbaric conquest of non-European societies. In these societies, emancipatory reason and philosophies of freedom have an important role to play in social redemption. The major challenge they face is how to help man free himself from the intolerable universe of constraint (determined by relativism), and bring him to a level of consciousness where freedom of choice is possible. This entails the rehabilitation of universal values and the inscription of the ethics of responsibility at the core of any vision of an alternative modernity.
6. Journal of Philosophical Research: Volume > 37 > Issue: Supplement
Tanella Boni Réalité, beauté et sens de la vie
7. Journal of Philosophical Research: Volume > 37 > Issue: Supplement
Jean-Luc Marion Les limites de la phénoménalité
8. Journal of Philosophical Research: Volume > 37 > Issue: Supplement
Cyrille B. Koné Mondialisation et cosmopolitisme
abstract | view |  rights & permissions
Rather than unifying the peoples in the world, globalization divides them into zones: either developed and prosperous, or underdeveloped and ravaged by poverty. How, then, can one imagine economic and financial globalization as a current implementation of cosmopolitanism, which abolishes the old fratricidal strife and seals the reunion between men across national borders? And how can we not doubt the cosmopolitan order facing the proliferation of identity claims, the rise of competitors due to globalization? Are we condemned to live in a world ever more unequal, more “hard” for the losers, the weak? What space is there in philosophy to think the new solidarity? This paper sketches some answers to these questions.
9. Journal of Philosophical Research: Volume > 37 > Issue: Supplement
Aloyse-Raymond Ndiaye Religion, foi, et tolerance
abstract | view |  rights & permissions
L’intolérance religieuse qui alimente de nos jours de nombreux conflits contemporains nous conduit à repenser notre conception moderne de la tolérance, née des débats théologiques et philosophiques, qui ont accompagné ou qui ont été provoqués par les controverses doctrinales et les guerres politico-religieuses des XVIème et XVIIème siècles. Elle se définit par le respect des ordres distincts: celui de la conscience et celui de la loi, du privé et du public, celui de la foi et de la raison. Elle porte la marque de son origine, du religieux et du théologique, et renvoie à l’idée de dignité humaine à laquelle la doctrine de l’autonomie de Kant, au XVIIIème siècle, a apporté son fondement éthique. L’actualité nous apprend qu’aujourd’hui encore on tue, on persécute au nom de la foi, au nom de Dieu, au nom de la religion, pour avoir une opinion ou une croyance différente. Si la tolérance, fille des Lumières et de la raison critique, ne s’est pas imposée définitivement dans un monde rationnel et technique, il y a lieu de se demander si ce n’est pas pour avoir négligé la foi. Il ne suffit pas de déclarer la mort de Dieu pour faire disparaître la religion. Conclure de la distinction de la raison et de la foi à leur antagonisme n’a pas conduit à déraciner l’intolérance de l’esprit humain. Aurions-nous oublié que la paix est aussi l’affaire du religieux? Que faut-il attendre, que faut-il espérer du dialogue inter-religieux? La foi serait-elle l’antidote à l’intolérance? Que peut faire la foi?
10. Journal of Philosophical Research: Volume > 40 > Issue: Supplement
Souleymane Bachir Diagne La Traduction Comme Methode
abstract | view |  rights & permissions
According to Maurice Merleau-Ponty, in the pluralistic world in which we now live, there cannot be an overarching and vertical universal (universel de surplomb) anymore: we have now to find paths, methods, towards what he called, by contrast, a “lateral universality” (universalité latérale). When we consider the human tongues in their de facto plurality, none of them being by essence the language of the universal, that of philosophy and logos, we can see that one meaning of what is called “lateral universal” is translation. It could be said then, somehow, that, “translation is the language of languages” as the Kenyan writer Ngugi Wa Thiong’o wrote. The significance of translation as a method or path towards the “lateral universal” is the notion to be explored in this contribution.