Displaying: 1-10 of 51 documents

0.029 sec

1. Proceedings of the XXIII World Congress of Philosophy: Volume > 10
Shoji Ishitsuka Le tournant ontologique et l’éthique
abstract | view |  rights & permissions
Dans cette communication, je voudrais montrer qu’un grand tournant ontologique a traversé toute la philosophie occidentale du 20 ème siècle à partir de l’oeuvre de Gyôrgy Lukacs (1885-1971) Histoire et conscience de classe (Berlin, 1923) via Martin Heidegger (1889-1976) avec son oeuvre principale L’être et le temps (1927) jusqu’aux ontologistes Nicolai Hartmann (1882-1950), Roman Ingarden (1893-1970), Edmund Husserl (1859-1938), Jean-Paul Sartre (1905-1980), Etienne Gilson (1884-1978), Gabriel Marcel (1889-1973) Louis Lavelle (1883-1951 ) et d’autres le tournant ontologique dans la philosophie contemporaine. Une deuxième thèse que je voudrais éga-lement avancer dans cette communication est que ce motif du tournant ontolo-gique prend cette orientation caractéristique dans le dernier livre principal de G. Lukacs L’ontologie de l’être social (1964-1971) publié en deux volumes en 1984 et 1986 par monsieur le professeur Frank Benseler aux Editions Luchte-rhand, bien que l’oeuvre principale d’Emmanuel Lévinas (1904/5-1995) Tota-lité et infini (1960) nous ait très bien montré cette marche vers l’éthique.
2. Proceedings of the XXIII World Congress of Philosophy: Volume > 10
Constança Marcondes Cesar La recherche d’une nouvelle voie pour l’éthique: Ricoeur, Lévinas, Jonas
abstract | view |  rights & permissions
Ricoeur déinit les contradictions de la société contemporaine: le progrès dans la direction de la rationalité est accompagné d’un progrès dans le sens inverse; les bénéices de la planétarisation de la technique portent des risques pour la survie de l’humanité. Il propose une nouvelle perspective de l’éthique, à partir de son dialogue avec Jonas et Lévinas, pour surmonter cette menace.
3. Proceedings of the XXIII World Congress of Philosophy: Volume > 10
Louis Perron La philosophie comme “forme de vie” selon Jean Ladrière
abstract | view |  rights & permissions
The paper examines Jean Ladrière’s (1921-2007) understanding of philosophy as a “form of life”. Drawing from various sources (Kant, Husserlian phenomenology, Wiitgenstein, Blondel, Weil), the Belgian philosopher understands philosophy as a “form of life according to reason” and as a process in which existence constructs itself as a destiny of its own. In his own way then, Ladrière participates in today’s recovery of philosophy as a “way of life”.
4. Proceedings of the XXIII World Congress of Philosophy: Volume > 10
Jacques-Bernard Roumanes Diathèse des questionnements philosophiques du «moi»: de la promesse socratique à la promesse cartésienne (complément à la Logique des fragments)
abstract | view |  rights & permissions
Poursuivant la conceptualisation de la Logique des fragments (cf. Actes du XXXIII e Congrès de l’ASPLF, Louvain-la-Neuve, 2012) par l’examen d’une impasse: la fragmentation de l’Unité irréductiblement opposée à l’unification des fragments, ce texte cherche à en dégager la diathèse. L’usage de ce dernier concept déplace alors la recherche vers la compréhension de deux notions: l’irréductibilité des termes en présence et le recours à un principe d’alternance simultanée; notions paradoxales mais qui, en relativisant le principe d’identité, permettent de conjuguer les termes, tout simplement en les altérisant. L’irréductibilité, tant de l’Unité que de la multiplicité produit alors, en diathèse, cette altérisation de l’Unité au sein même du processus d’unification de la multitude. De là, le questionnement se resserre autour du rôle du «moi» passant de l’inconscience à la conscience, dans la perspective développementale de l’épistémologie génétique.
5. Proceedings of the XXIII World Congress of Philosophy: Volume > 11
Georgeta Marghescu La philosophie écologique: la réinvention de la philosophie comme mode de vie
abstract | view |  rights & permissions
La philosophie a dû se réinventer chaque fois qu’elle s’est éloignée de sa mission de maintenir la juste balance entre savoir et sophia, entre discours et mode de vie. C’est le cas de la philosophie contemporaine, qui est mise au défi de se réinventer. Constituée comme une réponse aux grands problèmes de notre temps, la philosophie écologique s’est imposée en tant que discours orienté vers l’identification des voies d’une vie fondée sur l’harmonie avec la nature. La contribution de la philosophie écologique à la réinvention de la philosophie contemporaine comme mode de vie fait l’objet de présente communication.
6. Proceedings of the XXIII World Congress of Philosophy: Volume > 12
Spyridon Kaltsas Raison pratique et responsabilité: La responsabilité comme phronesis et les limites de l’herméneutique philosophique
abstract | view |  rights & permissions
Pour l’herméneutique philosophique de Hans-Georg Gadamer, la responsabilité est inséparable de l’expérience de la réalité vivante de la phronesis qui constitue le noyau de la vie éthique. À partir de la réhabilitation du concept de phronesis, Gadamer entend redonner à la philosophie pratique le contenu substantiel qui lui manque en raison de la domination de la raison technique dont l’idéal de la méthode fait l’économie de la responsabilité individuelle et sociale de l’homme. Néanmoins, comme le montre la critique convaincante de Jürgen Habermas, la réhabilitation de la phronesis comme source de la responsabilité ne prend pas en compte la différenciation transcendantale entre idéalité et réalité. En tant qu’elle se trouve fondée sur la communauté de sens que représente la phronesis, la philosophie éthique que développe l’herméneutique ne laisse aucune chance à une reconstruction véritablement philosophique et critique des présuppositions universelles de la responsabilité et de la conscience morale.
7. Proceedings of the XXIII World Congress of Philosophy: Volume > 14
Marceline Morais La dimension philosophique de l’amour selon Platon et Simmel
abstract | view |  rights & permissions
À partir d’écrits très connus de Platon sur l’amour, soit le Phèdre et le Banquet, et d’un ouvrage posthume de Simmel, intitulé Philosophie de l’amour, nous tenterons de révéler les liens étroits qui unissent la recherche philosophique et le sentiment amoureux. Contre le caractère uniquement rationnel et objectif de la philosophie, nous ferons ressortir la part de délire et de folie qui l’habite, son ancrage dans un sentiment et son origine pré-logique. On verra notamment que chez Platon l’amour pour un être humain témoigne de notre aspiration à la beauté et guide notre passage vers l’intelligible où se trouve la vérité et l’être. Parallèlement, chez Simmel, l’amour apparaîtra comme une force intérieure à la vie qui pousse toutefois à la dépasser vers un monde de l’esprit. La philosophie et l’amour auraient ainsi comme objectif de dépasser le monde immanent, empirique, des buts rationnels et pragmatiques, le cercle des besoins vitaux, pour s’élancer au-delà de cette sphère. Enfin, nous verrons également comment, né de la vie et de la nature, l‘amour qui en possède la fécondité, est ce qui pousse à créer, à innover, tant au plan artistique que philosophique.
8. Proceedings of the XXIII World Congress of Philosophy: Volume > 14
Kyriakos Katsimanis De la définition de la philosophie à l’énumération de ses fonctions principales
abstract | view |  rights & permissions
La méditation rétrospective inhérente à l’attitude philosophique nous mène à la question suivante: qu’est-ce que la philosophie elle-même? La raison principale pour laquelle une définition logiquement rigoureuse de la philosophie est extrêmement difficile sinon complètement impossible est que cette notion s’avère particulièrement générale, vague, fluide et changeante. Il en résulte que toute différence spécifique qui est condition indispensable à toute définition valable se révèle incapable de spécifier, de préciser et d’éclaircir la notion de philosophie. Pour surmonter cette difficulté, il serait préférable de considérer le problème sous un angle visuel différent, à savoir la catégorisation adoptée par le sujet du 23me Congrès Mondial de Philosophie. Ainsi, au lieu de répondre à la question: «Qu’est-ce que la philosophie?», il vaudrait mieux essayer de répondre à la question suivante: «Quelles sont les activités ou plutôt les fonctions principales de la philosophie en tant que “Questionnement” et “Mode de vie” ? L’énumération de ces fonctions nous fait penser que l’initiateur de la philosophie proprement dite serait Socrate. Aussi, tout en réaffirmant la première apparition de la philosophie avec les philosophes dits «présocratiques», serait-il plus exact de soutenir que la philosophie au sens moderne du mot est née à Athènes, avec Socrate.
9. Proceedings of the XXIII World Congress of Philosophy: Volume > 14
Adrian Nita Réalité et actualité chez Kan
abstract | view |  rights & permissions
L’une de très importants idées sur l’idéalisme transcendantale kantien vise les notions qui sont impliquées dans cette démarche philosophique: l’espace, le temps et la réalité. On a ici le motive pour lequel nous nous proposons de presenter les relations entre l’existence et la réalité, d’une partie, et l’actualité (Wirklichkeit) et la réalité, d’autre partie, dans le conditions que la plupart des traductions de Kant usent dans un mode indistincte les termes “réalité ” et “actualité”.
10. Proceedings of the XXIII World Congress of Philosophy: Volume > 14
Gennady Samuylov Aristote et Joseph de Maistre
abstract | view |  rights & permissions
Presque 200 ans se sont écoulés depuis la mort de Joseph de Maistre, mais ‘intérêt de son héritage ne s’est pas éteint. Toute l’oeuvre de Maistre est fondée et développée sur la base de l’histoire de la philosophie. Il se trouve au coeur du développement de la civilisation universelle et il exprime toutes ses idées dans le courant européen de l’histoire de la pensée occidentale. Il place ses idées dans le contexte historico-philosophique. De plus, il cherche dans l’histoire des principes communs qui existent depuis toujours et sont partagés au fur et mesure par toutes les cultures. Dans notre étude il s’agira de mettre en évidence la dimension historico-philosophique des idées principales de Maistre et leurs liens avec les systèmes théologico-philosophiques de l’Antiquité, à savoir d’Aristote. Maistre rejette l’interprétation matérialiste de la philosophie d’Aristote. Dans l’intention de défendre la thèse sur ‘existence de la connaissance innée, Maistre interprète et utilise la philosophie d’Aristote. Maistre tente de présenter les formes et les lois du jugement comme les formes transcendantes et immanentes de la raison, c’est-à-dire semblables aux idées innées. Il fixe principalement son attention sur le syllogisme, pour lui, le syllogisme et la raison sont des synonymes. Pour démontrer l’existence d’un principe spirituel de l’existence du monde, qui est immatériel, actif et intelligible, il s’appuie sur les réflexions d’Aristote dans le livre Lambda de la Métaphysique. La nouveauté de cette étude consiste en ce qui suit: ce travail a comme objectif de présenter les liens des idées philosophiques de la théologie “universelle” de Joseph de Maistre avec la philosophie d’Aristote. Jusqu’à aujourd’hui il n’existe pas de recherche systématique et complète sur ce sujet, bien que ces liens soient implicitement et explicitement présents dans tous les livres du penseur savoisien.