>> Go to Current Issue

Travaux du IXe Congrès International de Philosophie

Volume 12, 1937
La Valeur: Les Normes et la Réalité III

Already a subscriber? Login here
Not yet a subscriber? - Subscribe here

Browse by:



Displaying: 1-10 of 17 documents


normes juridiques
1. Travaux du IXe Congrès International de Philosophie: Volume > 12
G. Davy, Société, droit et individualité
abstract | view |  rights & permissions | cited by
I. Par opposition à l’individualisme purement métaphysique, au logicisme ontologique et au positivisme radical, il est soutenu que le droit peut être justifié, dans le domaine de l’expérience, comme valeur idéale et dont une part peut être rapportée à l’individu.II. Pour cela on cherche à montrer que si tout droit a d’abord été inclus, comme toute norme, dans la communauté, l’individu, quand il s’est trouvé libéré au sein de cette communauté, a pris à sa charge la constitution de toutes les normes de la vie sociale et morale. Il y a été aidé par sa dépendance même vis-à-vis de la société qui lui a permis d’user et de la socialité et du langage pour se désindividualiser lui-même au sens empirique de ce mot, et projeter, au- dessus de soi, en même temps qu’une expression de soi une discipline pour soi, et pour autrui, consciente, voulue et tout de même objective et universalisable.L’individu, dans et par sa socialité, s’est donc fait lui-même source et critère des valeurs qu’il respecte et qui l’obligent. A ce titre il a bien affirmé et son individualité et son autonomie subjective.
2. Travaux du IXe Congrès International de Philosophie: Volume > 12
G. R. Morrow, Law as Order and as Command
abstract | view |  rights & permissions | cited by
La loi est essentiellement un ordre dans les relations humaines qui vient non du commandement d’un supérieur, mais d’un ajustement mutuel des volontés sous les nécessités d’une entreprise en commun. Par conséquent, l’autorité de la loi repose sur l’étendue des intérêts qu’elle s’efforce d’ordonner, et sur son succès à produire l’accord des volontés. L’État est l’organe et non la source de l’autorité de la loi.
3. Travaux du IXe Congrès International de Philosophie: Volume > 12
Oskar Kraus, Wert, Norm und Recht
abstract | view |  rights & permissions | cited by
En 1901, l’auteur a démontré que la notion de la valeur économique est basée sur celle de la préférence et de l’avantage. Partant des résultats acquis par Franz Brentano dans l’analyse des notions d’avantage et de valeur, l’auteur démontre que tes notions d’utilité et de devoir se ramènent à cette même base (§6). Il s’ensuit une démonstration du rapport des obligations juridiques et des normes de droit positif, avec l’idée du devoir moral (§§ 9-11). L’auteur s’efforce de réaliser la synthèse du subjectivisme de Protagoras et de l’objectivisme platonicien en prenant, avec le premier, la conscience subjective comme point de départ, et en désignant, avec le second, les actes distingués comme justes {in sich als richtig charakterisierte Akte) pour fondement de l’objectivité de ce qu’on appelle vérités et valeurs objectives.
4. Travaux du IXe Congrès International de Philosophie: Volume > 12
Giacomo Pertigone, Les normes juridiques
abstract | view |  rights & permissions | cited by
L’expérience juridique nous montre comment est surmontée l’antinomie entre la liberté et la norme, entre le sujet et l’objet. On indique comment la volonté et la loi s’unifient dans la norme juridique ; la loi sociale véritable se réduit à la loi du sujet, ou à une loi que le sujet à faite sienne ; l’absolue hétéronomie est inconcevable. La volonté de l’État, qui se montre dans la sanction, traduit la volonté typique qui est ou doit être la volonté actuelle du sujet associé. Les forces normatives sont toujours homogènes à la volonté individuelle.
5. Travaux du IXe Congrès International de Philosophie: Volume > 12
Adolphe Plachy, La base philosophique de la théorie pure du droit (théorie normative)
abstract | view |  rights & permissions | cited by
Sur la base philosophique de la théorie pure du droit (théorie normative), il y a plusieurs solutions. Nous exposerons les formules qui résultent des conceptions méthodologiques des représentants principaux de l’école normative tchécoslovaque, école qui compte les deux créateurs de la méthode, et nous ajouterons un essai de solution propre. M. Kelsen se contente de la conception d’une idéologie de la raison pure et de la connaissance pure, sans chercher à approfondir sa formule pour en faire une conception philosophique complète. M. Weyr est représentant du dualisme métaphysique conséquent, dans le sens de l’idéalisme critique kantien. M. Kallab se sert, en exerçant la méthodologie abstraite du droit, de l’intuitionisme bergsonien. Nous acceptons la solution de M. Weyr, mais nous parvenons à la construction spéciale de l’objet de connaissance, en nous servant de la conception de l’intuition normative, conception qui a quelque ressemblance avec la conception de l’intuition mathématique de l’école philosophique de Fries.
6. Travaux du IXe Congrès International de Philosophie: Volume > 12
Adolphe Progházka, De la norme juridique: Norme et ensemble de normes
abstract | view |  rights & permissions | cited by
1. Une norme ne peut avoir pour critère de validité qu’une autre norme, et jamais un fait ; la norme ne peut être justifiée qu’en entrant, par sub- somption, dans une norme justifiante. — 2. La norme justifiante et celles qu’elle justifie forment un « ensemble ». Le droit est un ensemble de normes juridiques. Cet ensemble ou système n’est pas nécessairement indépendant du système moral. — 3. La norme juridique suprême est cherchée tantôt dans celle qui règne à l’intérieur de l’État, tantôt dans le droit international. Analogue au problème des rapports du droit national avec le droit international est celui des rapports du droit naturel avec le droit positif.
7. Travaux du IXe Congrès International de Philosophie: Volume > 12
Barna Horváth, La réalité, la valeur et le droit
abstract | view |  rights & permissions | cited by
Réalité et valeur étant contradictoires, la positivité du droit ne se comprend que par une nouvelle révolution copernicienne. Pour nous, rien n’est donné, strictement, que la positivité, l’expérience simultanée de la sensation et de l’évaluation. Réalité et valeur flottent, par contre, dans le monde, inaccessible pour nous, des objets transcendants. La combinaison individuelle de la sensation avec l’évaluation révèle une régularité sociale. Le droit, l’organisation sociale la plus développée, n’est qu’une de ces objectivations sociales.
8. Travaux du IXe Congrès International de Philosophie: Volume > 12
Johannes Sauter, Das Problem des Naturrechts
abstract | view |  rights & permissions | cited by
Introduction : Le Descartes historique était encore un métaphysicien. La morale dans l’ensemble de sa philosophie. — Développement : Le droit naturel est le fondement du droit. Les objections des écoles historique et positiviste ne sont pas probantes. Il faut distinguer entre idée du droit naturel et théorie du droit naturel. Le contenu du droit naturel n’est pas inconnu» Distinction entre droit naturel et loi naturelle. — Conclusion ; Le droit naturel comme intermédiaire entre l’empirisme du droit et le fidéisme du droit, ce qui est aussi la position de Descartes.
normes esthétiques
9. Travaux du IXe Congrès International de Philosophie: Volume > 12
Charles Lalo, Valeur esthétique des systèmes philosophiques
abstract | view |  rights & permissions | cited by
Toute oeuvre d’art est une construction de matériaux sensibles stylisés selon les lois de contre-points spéciaux. Sa seule valeur caractéristique est l’harmonie (dans l’hétérogène) de ses combinaisons, non leur vérité ou leur moralité. Tout système philosophique est de même une combinaison polyphonique d'idées. Sa valeur scientifique ou de vérité est invérifiable. Sa valeur morale ou sociale n’est que celle des moeurs qui l’inspirent. Seule sa valeur esthétique est fondamentale et se suffit. Elle ne réside pas dans les ornements littéraires de son exposition, mais dans le contre-point de sa structure même. — Vérification par le rapprochement de certaines courbes qui paraissent être communes aux évolutions artistiques et philosophiques dans l’individu et dans la société.
10. Travaux du IXe Congrès International de Philosophie: Volume > 12
Earl of Listowel, The Distinctive Feature of Aesthetic Value
abstract | view |  rights & permissions | cited by
Le problème est de distinguer la valeur esthétique des autres valeurs philosophiques, de la valeur économique et des valeurs biologiques de la vie végétale ou animale. L’hypothèse soutenue est que l’expérience esthétique est caractérisée d’abord par un équilibre ou balance de forces psychologiques, par un état d'harmonie mentale. Cette hypothèse s’appuie sur l’harmonie entre le conscient et l’inconscient dans la création artistique ; entre la sensation, l’effort, le sentiment et la connaissance dans la contemplation artistique ; et entre le sujet et l’objet en communication avec une oeuvre d’art ou dans la jouissance de la nature.