>> Go to Current Issue

Symposium

Volume 19, Issue 2, Fall 2015

Table of Contents

Already a subscriber? - Login here
Not yet a subscriber? - Subscribe here

Displaying: 1-10 of 20 documents


écologie et philosophie
1. Symposium: Volume > 19 > Issue: 2
Manola Antonioli Introduction
view |  rights & permissions | cited by
2. Symposium: Volume > 19 > Issue: 2
Émilie Hache "If I have a dog, my dog has a human"
abstract | view |  rights & permissions | cited by
Si les animaux d’élevage comme les animaux d’expérimentation intéressent depuis une trentaine d’années de plus en plus de personnes – de chercheurs, de militants –, les animaux dit de compagnie, en revanche, semblent toujours pâtir du préjugé selon lequel, parce qu’ils relèveraient d’une relation privée, ils seraient sans intérêt scientifique ou philosophique. Donna Haraway propose une façon tout à fait singulière de court-circuiter cet arrêt de la pensée afin de pouvoir re-problématiser cette relation à nouveau frais. Ce qui change immédiatement, c’est le caractère non plus privé mais politique de cette co-relation : l’histoire biologique et politique qui nous unit à ces animaux dit de compagnie apparus massivement dans les années 1970 est toute aussi complexe que celle(s) que nous partageons par ailleurs avec nos autres espèces compagnes. Comment raconter cette histoire et hériter des conséquences de cette co-évolution? Comment prendre au sérieux, moralement, politiquement nos relations inter-espèces?
3. Symposium: Volume > 19 > Issue: 2
Pierre-Antoine Chardel Techno-esthétique et pensée critique: Lecture croisée de Félix Guattari et de Tomonobu Imamichi
abstract | view |  rights & permissions | cited by
Dans la présente contribution, nous nous efforçons de voir comment une certaine proximité entre Félix Guattari et le philosophe japonais Tomonobu Imamichi intervient dans l’élaboration d’une pensée critique qui nous incite à interroger les fondements ontologiques de nos sociétés industrielles. Les crises écologiques que ces dernières connaissent sont d’une ampleur telle qu’elles nous imposent non seulement de réformer notre manière de produire et de consommer, mais elles nous somment également de nous pencher sur nos équilibres subjectifs. Nous devons prendre soin de nos expériences sensibles, en tentant de redéfinir notre manière d’être dans le monde et d’interagir avec nos environnements technologiques. L’enjeu est de taille à l’heure où la mise en scène par les médias des problèmes environnementaux contribue le plus souvent à désorienter l’opinion publique, en générant une angoisse qui s’avère le plus souvent préjudiciable à tout exercice d’évaluation des problèmes. De plus, on s’aperçoit que la facilité avec laquelle il nous est possible d’accéder par le biais des réseaux numériques à des connaissances censées favoriser une perception plus ample des problématiques écologiques ne suffit pas à générer des comportements plus responsables. Une économie des affects est ici directement en cause, elle nous incite à redéfinir les conditions de notre expérience environnementale et d’assumer sa dimension polysémique.
4. Symposium: Volume > 19 > Issue: 2
Karen Houle Animal, Vegetable, Mineral: Ethics as Extension or Becoming?
abstract | view |  rights & permissions | cited by
Thinking of the animal-as-non-human is an idea that does not solely belong to a myopic yet ameliorable moment of Western philosophy’s past. It is central to, even constitutive of that past. It remains characteristic of its present and will likely dominate the character of philosophy—of thinking’s—foreseeable future. My contention is that thinking-difference has not, and cannot happen because of thinking-the-animal, and this is precisely due to the conceptual companionship that animality has played between the human and the non-human. This paper explores thinking otherwise-thananimality through the activation of the Deleuzo-Guattarian concept of becoming-plant. Plant life is genuinely heterogeneous to animal life. In this paper I explore the complex phenomenon of plant communication. Thinking through and activating the vital difference expressed by plant signalling can play a role in the activation of real difference in thought, not merely its companionable extension.
5. Symposium: Volume > 19 > Issue: 2
John Protevi Canguilhem's "Comparative Physiology": An Eco-Bio-Social Multiplicity
abstract | view |  rights & permissions | cited by
This paper brings Georges Canguilhem and Gilles Deleuze together with the contemporary biologist Mary Jane West-Eberhard. I examine the concepts of (retrospective) adaptation and (prospective) adaptivity in Canguilhem’s The Normal and the Pathological in light of West-Eberhard’s notion of “developmental plasticity,” which is, I claim, adaptivity in the developmental register. In turn, I interpret Canguilhem’s notion of “comparative physiology” (linking the geographical, the technical and the physiological) and West- Eberhard’s notion of an “eco-devo-evo” approach to biology in terms of Deleuze’s notion of multiplicity.
6. Symposium: Volume > 19 > Issue: 2
Christiane Vollaire Oïkos?
abstract | view |  rights & permissions | cited by
Le mot grec oı̈kos suppose d’abord qu’il y ait du commun concrètement institué entre les hommes, un espace collectif à gérer, quelque chose qui puisse faire l’objet d’une entreprise commune. Et ce que les hommes ont en commun relève moins d’une supposée bienfaisance de la nature, que d’un effet de culture, s’il est vrai comme l’affirme Aristote que ce qui définit la nature en l’homme est précisément ce qui le constitue comme être social. Qu’il s’agisse d’éco-nomie ou d’éco-logie, la loi d’un côté et la rationalité de l’autre ne se rapportent qu’à une possibilité d’agir, et d’être au monde comme sujet d’une décision, non comme objet d’un devenir. L’oı̈kos ne renvoie donc nullement à la présence édénique d’un corps dans la nature, ou à l’immédiateté d’une relation originelle. Bien au contraire, il se réfère à l’intervention permanente d’un sujet dans un monde non seulement construit, mais dont la construction même produit ses propres processus de subjectivation, et détermine son devenir plus radicalement que ne pourra jamais le faire son conditionnement biologique. Habiter le monde n’est donc pas habiter la nature, mais habiter les relations complexes que l’homme établit avec elle et contre elle, en la maîtrisant pour y aménager son espace. Et cette maîtrise ne conditionne pas seulement son devenir physique, mais les modalités mêmes de son devenir subjectif.
7. Symposium: Volume > 19 > Issue: 2
Chris Younès Philosophie des milieux habités
abstract | view |  rights & permissions | cited by
Le mot «milieu» est précieux pour souligner que les installations humaines – l’architecture, la ville – tiennent compte de leur environnement, naturel ou bâti. Avant de configurer «un monde», l’art humain configure un lieu et même l’élit et le transfigure en le métamorphosant, faisant de milieux donnés des «lieux» habitables voire mémorables aux multiples formes de délimitations, d’échanges et de devenir. La notion de milieu habité est mise en perspective et pensée en termes de limites, passages, liens et métamorphoses.
8. Symposium: Volume > 19 > Issue: 2
Vincent Jacques, Richard Scoffier «Mort de l'homme» en architecture: Nouveau rapport à la nature, nouveau rapport entre les hommes?
abstract | view |  rights & permissions | cited by
Cet article expose les linéaments d’une recherche en cours. Celle-ci se base sur l’hypothèse que certaines tendances de l’architecture contemporaine, malgré des formes a priori dissemblables, développent un espace architectural d’une profonde cohérence, nouvelle épistémè de la pratique architecturale. Autrement dit, nous nous posons la question de savoir quelles sont les conditions qui rendent possible une certaine architecture contemporaine. Mais pour nous, l’effort épistémologique n’est pas une fin en soi; notre recherche ne vise pas à opposer certaines formes à d’autres, mais plutôt à montrer les nouvelles possibilités que recèlent les formes créées à l’aune du nouveau paradigme. Par nouvelles possibilités, nous entendons une évolution de l’habiter pouvant déterminer de nouveaux rapports entre les hommes, ainsi qu’une relation renouvelée à la nature. Est-ce trop demander à l’architecture ? Si l’on considère que d’un côté bien des choses – la majorité de ce qui se construit – se bâtissent sans architectes et que de l’autre des bâtiments «signés» à l’originalité outrée servent à étancher la soif d’images publicitaires de la société du spectacle, non, il ne nous semble pas déplacé de chercher à savoir si certaines formes architecturales répondent à la question du vivre autrement (vivre ensemble autrement).
9. Symposium: Volume > 19 > Issue: 2
Alain Milon Les traces d'erre Fernand Deligny: Aux fondations de la cartographie schizo-analytique de Felix Guattari
abstract | view |  rights & permissions | cited by
Les écrits de Fernand Deligny ont circulé entre plusieurs mains bien avant d’être publiés. Félix Guattari et Jean Oury l’ont accueilli à la clinique de La Borde de 1965 à 1967. En juillet 1967, Deligny quitte la clinique de La Borde pour s’installer dans la propriété de famille des Guattari à Gourdas dans les Cévennes. C’est ainsi que la tentative et non l’institution des Cévennes dirigée par Deligny commence. Il s’agit d’une tentative parce que Deligny refuse toute forme d’institutionnalisation. Plus tard, Mannoni, Dolto et d’autres lui confieront des enfants. Il est indéniable que la conception de la cartographie delignienne a profondément marqué et influencé celle de Guattari et par voie de conséquence la lecture deleuzienne et guattarienne de la carte comme dispositif territorial. Nous sommes effectivement dans des agencements collectifs d’énonciation et peu importe le nom d’auteur.
gary madison: a life of philosophical dialogue
10. Symposium: Volume > 19 > Issue: 2
Felix Ó Murchadha Philosophical Conversations with Gary Madison
view |  rights & permissions | cited by