>> Go to Current Issue

Chôra

La Somme Théologique en Roumain

Volume 7/8, 2009/2010
Études de Philosophie Antique et Médiévale. Dossier Thomas d'Aquin

Table of Contents

Already a subscriber? - Login here
Not yet a subscriber? - Subscribe here

Displaying: 1-20 of 27 documents


1. Chôra: Volume > 7/8
Anca Vasiliu Note liminaire
view |  rights & permissions | cited by
études
2. Chôra: Volume > 7/8
Aude Engel Solution de l’énigme du «Sans-Os» dans Les Travaux et les Jours
abstract | view |  rights & permissions | cited by
The investigation of the famous riddle of the «boneless one» (WD 524) gives a new solution: the «boneless one» is man, placed in the conditions of hisorigins, when he belonged to the silver race and woman was just being created. The «boneless» occurs in a long passage about winter, a cosmic deluge that reproduces the conditions in which mankind fell from the golden age. This happens when Zeus fights the Titans, in a war that almost causes a return to the original Chaos. Fire is the instrument of this war, red is its colour, and similarly : winter has water as its protagonist and white as its colour. Prometheus, son of the Titan Iapetus, has challenged Zeus’ newly gained maturity, a challenge that results, for mankind, in a temporary privation of fire and the creation of the first woman – Pandora. The young woman who lays confortably in her house during winter can be identified with Pandora, in the process of being created, not yet dressed nor educated. Prometheus’ challenge consists in the division of an ox in two shares: on the one hand, the bones covered in shining grease, on the other, the flesh, hidden under the skin. Zeus picks the bony share. The young woman from the winter section, who oints her body with shining grease, represents the divine share, while man gets the other one, the boneless portion, the flesh that involves a new form of mortality: men from the silver race no longer vanish into eternal sleep, like the golden men did. Man in winter, remembering his origins prior to the creation of woman, is condemned to masturbation, the self-caring of his so-called «foot», a quotation from the famous Delphic oracle given to Aegeus when he failed to procreate. So the answer to the hesiodic riddle is the same as the answer to the Sphinx riddle, a riddle which Hesiod happens to quote in the same section (WD 533): man.
3. Chôra: Volume > 7/8
Alain le Boulluec Le culte des images dans le débat du Contre Celse d’Origène
abstract | view |  rights & permissions | cited by
Origène réplique point par point aux arguments que Celse avait invoqués pour rejeter la caricature du culte des images composée par la polémique chrétienne. Il taxe les philosophes d’inconséquence. Au-delà du pamphlet de Celse, il pourfend une thèse que l’adversaire n’exploitait pas, mais qui était fortrépandue: le culte des statues et des images des dieux aurait une valeur symbolique. Ce symbolisme est attesté chez Plutarque, Dion Chrysostome, Maxime de Tyr, plus tard chez Porphyre. Sa diversité a pour origine la complexité des propos de Platon sur la manière de représenter les dieux. Origène veut dénoncer comme illusoire la signification attribuée à de tels «symboles». Ses propres réflexions dans le Contre Celse leur opposent une conception du «symbole» qui, tout en insistant sur sa matérialité, sa visibilité, son historicité, le distingue de l’«image» mimétique, pour l’orienter vers autre chose que lui. Cette distinction est peut-être à méditer, aux sources de la doctrine ultérieure de l’icône, dont ce «symbole»-là serait un précurseur.
4. Chôra: Volume > 7/8
Michael Chase La subsistence néoplatonicienne. De Porphyre à Théodore de Raithu
abstract | view |  rights & permissions | cited by
Dans un fragment de son commentaire perdu sur les Catégories d’Aristote, adressé à Gédalios et transmis par Simplicius dans son propre Commentaire surles Catégories, Porphyre évoque la distinction, à première vue énigmatique, entre les termes techniques grecs huparxis et hupostasis. On avance dans laprésente contribution que des passages tirés d’une source inattendue – le De Incarnatione du moine Théodore de Raithu (VIᵉ-VIIᵉ siècle) – peuvent illuminerle sens de ce texte porphyrien. Ce résultat fournit l’occasion de quelques réflexions sur l’influence de Porphyre sur la pensée patristique.
5. Chôra: Volume > 7/8
Marilena Vlad Transcendance et causalité. Proclus sur le principe premier
abstract | view |  rights & permissions | cited by
One of the major difficulties that the Neoplatonic tradition had to face concerns the relationship between the transcendence and the causality of the first principle. As transcendent, the One – or the absolute Good – must be above the intelligible being, completely different from its nature. As the first cause of the whole reality, the One is still conceived in a certain connection to the intellect. In this article, I discuss the philosophical background of this problem and Proclus’ attempt to solve the apparent contradiction between causality and transcendence. Proclus puts these two aspects in agreement, by stressing the superiority of the principle and by making of it a non-being par excellence.
6. Chôra: Volume > 7/8
Radu Mărăşescu Questions sur les sources de la cosmologie chrétienne: fortune et limites du platonisme
abstract | view |  rights & permissions | cited by
En tant que modèle cosmologique, les structures mises en place par le platonisme s’apparentent formellement à celles de la cosmologie biblique. C’est laraison pour laquelle le christianisme n’a pas hésité à y trouver un moyen propice pour exprimer son propre mystère. Malgré ces similitudes extérieures, un planplus rapproché permet de constater que les deux ensembles appréhendent l’existence de manière dissemblable. Sur la toile de fond de la création biblique, les mystères connexes de l’Incarnation et de l’Ascension, tels qu’ils sont compris par l’intelligence dogmatique chrétienne, s’écartent radicalement de l’approche métaphysique qui avait présidé à l’élaboration du système de Platon – et ce en dépit des tentations à teinte «platonicienne» qui se font jour dans le christianisme avec l’émergence des doctrines ascétiques. Sans aborder les complexités de cette dernière problématique, cet article entend revisiter, comme en négatif, la valeur positive du corps dans le christianisme.
7. Chôra: Volume > 7/8
Alexandra Pârvan La relation en tant qu’élément-clé de l’illumination augustinienne
abstract | view |  rights & permissions | cited by
This paper proposes a new approach to Augustine’s illumination theory, understanding illumination as resulting from an act of the human being as much as from an action of God. Regardless of God’s ever present light, the human intellect is not constantly and indiscriminately illuminated. In order to explain how the human intellect attains knowledge to different degrees, and how it can resist the divine light without being actually able to deny it, I will make use of two concepts Augustine himself did not employ : the first one is relationship, the second, referring to God, is being-for-others. As being-for-others, God gives the human being not the gift of knowledge, but that of the relationship with Him (as Truth and Wisdom), by means of which the human being can attain knowledge. By placing Himself in relationship with the human being, God grants it the freedom and power to cooperate in divine actions : re-creation after the fall (formatio), illumination and salvation. If passive, the human intellect does not receive knowledge, it is only in its turning towards the ever present light of Truth that it sees the intelligible truths in the divine light, and it is able to do so to the extent of one’s good will, or one’s love (caritas). Augustine sees illumination as a joint action of God and human being, depending on human being no less than on God. The concept of relationship and the understanding of God as being-for-others explain why no illumination will take place without the active role of the human intellect, why the divine light is not coercive, and why Augustine considers the necessity of both human freedom and God’s power in the act of knowledge.
8. Chôra: Volume > 7/8
Luigi Catalani L’usage des catégories de l’être par Gilbert de Poitiers et les Porrétains
abstract | view |  rights & permissions | cited by
Nelle opere di Gilberto di Poitiers e dei suoi allievi più speculativi, è possibile rintracciare diverse declinazioni dell’essere, sviluppate lungo due direttriciprincipali. Dal punto di vista più squisitamente ontologico, il realismo gilbertino si presenta come un’acuta riformulazione del formalismo platonico-boeziano chetrova espressione nelle tesi della pluralità delle forme, della conformità degli individui e della partecipatio extrinseca. Da un punto di vista logico-linguistico, i Porretani riflettono con particolare acribia sulle caratteristiche e sulle componenti del sermo, elaborando un’originale teoria relativa all’applicazione criticadelle categorie umane alla natura divina. Solo la fondazione di un discorso teologico rigoroso consente dunque di tenere insieme, in un pensiero coerente eschiettamente cristiano, l’essere finito e l’Essere divino.
9. Chôra: Volume > 7/8
Cristina Cerami Generazione verticale, generazione orizzontale: il principio di sinonimia nel Commento Grande di Averroè al libro Z della Metafisica di Aristotele
abstract | view |  rights & permissions | cited by
Le but de cet article est d’analyser l’interprétation qu’Averroès propose de l’étude de la génération spontanée développée par Aristote dans le chapitre 9du livre Z de la Métaphysique et montrer que pour Averroès le véritable enjeu de cette étude est celui de démontrer que l’agent et le produit de la génération ontune même forme. C’est cette thèse, en effet, qui d’après le Cordouan permet en dernière instance d’instaurer entre le monde céleste et le monde terrestre unecausalité, pour ainsi dire, «perpendiculaire» qui sauve à la fois l’efficacité des causes secondes et celle de la cause première qui agit par l’intermédiaire descauses célestes. Ce nouveau cadre cosmologico-ontologique apparaît manifestement comme le produit d’une stratégie menée directement contre Avicenne, carle but ultime d’Averroès est de substituer sa propre théorie de l’Artisan divin à la théorie platonicienne de la création démiurgique, à laquelle il assimile la théorieavicennienne d’une donation des formes par une Intelligence cosmique.
10. Chôra: Volume > 7/8
Madeea Axinciuc Imagination and Human Perfection in Maimonides’ Guide of the Perplexed
abstract | view |  rights & permissions | cited by
L’étude présente, d’une part, les fonctions de l’imagination décelées dans le Guide et, d’autre part, la liaison entre la faculté de l’imagination et la perfection humaine dans le contexte extraordinaire de la prophétie. La caractérisation de l’imagination offerte par le traité de Maïmonide souligne la nature médiatrice de cette faculté décrite comme «faculté du corps / corporelle», toujours liée à la matière. Toute représentation suppose l’intermédiarité du corps. La fonction exceptionnelle de l’imagination survient pendant la prophétie dont les représentations traduisent cette fois l’intelligible, en utilisant les mêmes images qui transposent d’une manière ordinaire le sensible. Il faut savoir distinguer les deux genres de représentations pour interpréter adéquatement le texte biblique.La perfection humaine dépend de la perfection de toutes les facultés de l’âme (et du corps), séparément et ensemble, mais elle est atteinte seulement par le prophète.
11. Chôra: Volume > 7/8
Ana Irimescu Rôle de l’espèce et immédiateté dans la connaissance intellectuelle du singulier chez Matthieu d’Aquasparta
abstract | view |  rights & permissions | cited by
The question of intellectual intuition in medieval philosophy is generally associated with names like John Duns Scotus and William Ockham whose majorcontributions to the development of the theory of intuition are well established. Nevertheless the way they approached this philosophical question is strongly related to the Franciscan tradition to which they both belonged so that an extensive comprehension of their theories of intuition requires the inquiry of their sources. As this paper means to show, Matthew of Aquasparta is one of John Duns Scotus’s most important sources in this matter and his treatment of both thequestions of direct intellectual knowledge of the material individual and of the self-knowledge of the soul are important in order to understand the role of theintelligible species and the immediate character of intuitive cognition. While for Matthew of Aquasparta there is no contradiction between the implication of thespecies in intuitive cognition and its immediacy, John Duns Scotus and William Ockham both find a contradiction between these aspects of knowledge andtherefore they both reject the presence of the species in intuitive cognition which is immediate. This paper will show the background of Matthew’s theory and theway he demonstrated that the presence of a species does not always qualify as mediation in knowledge and does not as such hinder the intuitive cognition.
thomas d’aquin et la somme théologique (à l’occasion de la première publication en roumain de l’opus)
12. Chôra: Volume > 7/8
Alexander Baumgarten Présentation du dossier
view |  rights & permissions | cited by
13. Chôra: Volume > 7/8
Adriano Oliva La Somme de théologie de Thomas d’Aquin. Introduction historique et littéraire
abstract | view |  rights & permissions | cited by
After a brief biography of Thomas Aquinas, the article follows up the work of Leonard Boyle to show how the Summa serves to meet the requirements of a pedagogical project in the Dominican Order and more generally in the medieval Church. Intended for the initial and continuing formation of Dominican friars and students of conventual schools, the Summa is composed in a literary genre perfectly suited to this purpose, which governs its structure. The detailed presentation of the notion of sacra doctrina elaborated in q. 1 provides the occasion to show how this notion itself determines the organization of the material. Finally, the presentation of the contents of the Summa’s three parts brings out the internal organization of the work and stimulates the reading of it.
14. Chôra: Volume > 7/8
Bogdan Tătaru-Cazaban, Alistair N. Blyth Thomas Aquinas and Mediaeval Philosophy in Romanian Culture (1800-1947)
abstract | view |  rights & permissions | cited by
Notre enquête porte sur la réception à la fois philosophique et théologique de la pensée de saint Thomas d’Aquin dans la culture roumaine à l’âge moderne.Nous avons essayé de marquer les étapes principales d’une histoire qui reflète dans une culture religieuse d’origine byzantine les tribulations de la réception dela philosophie médiévale en Occident. Formés dans les universités françaises ou allemandes, les philosophes et les théologiens orthodoxes roumains sont redevables aussi bien aux traditions philosophiques des XVIIIᵉ-XIXᵉ siècles qu’à la découverte gilsonienne de la pensée médiévale. Entre polémique confessionnelle et approche scientifique, saint Thomas d’Aquin devient au XXᵉ siècle une présence significative dans les discours philosophiques et théologiques roumains (notamment dans le débat concernant la possibilité d’une philosophie chrétienne), en dépit d’une préférence traditionnelle accordée à saint Augustin. Il importe de remarquer aussi le fait que la spécificité des approches des philosophes roumains de la pensée de saint Thomas d’Aquin consiste dans l’effort de transgresser un thomisme «historique» vers des possibles enjeux modernes.
15. Chôra: Volume > 7/8
Alexander Baumgarten, Joëlle Masson Manifestative et laudative. Réalisme et transcendantalisme dans la question des noms divins chez Thomas d’Aquin, Somme théologique, Ia, q. 13.
abstract | view |  rights & permissions | cited by
Dans le plan de la première partie de la Somme Théologique de Thomas d’Aquin, les questions 12 et 13, dédiées aux noms divins, occupent une place privilégiée et confèrent une perspective inédite au discours théologique grâce à leur double fonction. D’une part, leur fonction est normale dans l’ordre du discours : après avoir établi les principaux attributs de Dieu, dont on a justement affirmé dans la 2e question qu’il est, les deux questions fixent les limites dans lesquelles il peut être connu. D’autre part, les deux questions jouent le rôle de clivage dans l’ordre du discours qui établit comment est Dieu. Ainsi les deux interrogations fondent la connaissance de l’intellect humain par rapport à l’objet véritablement transcendant à toute expérience et questionnent, par conséquent, les conditions de possibilité de la connaissance intellectuelle générique de Dieu sur l’objet. Ce dernier aspect se réfléchit y compris chez les tenants de cette connaissance de telle façon que la légitimation des noms divins ait le rôle d’une légitimation de la théologie comme science, dont l’existence était annoncée et débattue au début de la Somme.
16. Chôra: Volume > 7/8
Gabriel Chindea La théorie thomiste de l’intellect agent et ses équivoques dans Summa theologica, Quaestiones disputatae de anima et De unitate intellectus
abstract | view |  rights & permissions | cited by
The objective of this article is to analyze some of the ambiguities of the Thomistic theory related to the agent intellect. Precisely, it is about those contradictionsor confusions that appeared as a consequence of Saint Thomas necessity to prove the existence and continuity of intellectual human activity after the death. These ideas are mainly found in Quaestiones disputatae de anima, where they generate two doctrines relatively opposed with regards to agent intellect, but they do not completely vanish in Summa theologica.
17. Chôra: Volume > 7/8
Elena Băltuţă Remarks on Thomas Aquinas’s Philosophy of Mind: Intentionality
abstract | view |  rights & permissions | cited by
Im Folgenden werde ich einige der möglichen Interpretationen der thomistischen Intentionalitätstheorie darstellen. Zuerst werde ich die Mechanismen der menschlichen Erkenntnis und der Beziehung zwischen phantasmata, species sensibile und species intelligibile bei Thomas von Aquin beschreiben. Danachwerde ich die verschiedenen Interpretationen des Problems der Intentionalität bei Thomas darstellen; genauer gesagt geht es um drei reduktive Interpretationenund eine nicht-reduktive. Am Ende dieses Beitrags werde ich mich für eine dieser Interpretationen entscheiden und meine Gründe dafür angeben.
18. Chôra: Volume > 7/8
Miruna Tătaru-Cazaban Consentir à la vertu. La conversion du tyran chez Thomas d’Aquin
abstract | view |  rights & permissions | cited by
La réflexion de Thomas d’Aquin sur les régimes de la cité présente l’inconvénient que ses oeuvres politiques sont restées inachevées. Significative pour pouvoir décider de l’appartenance de Thomas d’Aquin au côté de la doctrine gélasienne ou à celle du pape Grégoire VII, la comparaison du Super Sententiisavec le traité De regno, telle qu’elle a été faite par I.T. Eschmann, n’est pas bien riche en conclusions pour la question du consentement politique. Selon la position que nous avons assumée dans notre investigation au sein des deux oeuvres de Thomas, il est possible d’affirmer que la notion de consentement n’introduit pas de fausses discontinuités entre des textes écrits à des périodes distinctes. En fin de compte, ce qui unit le Super Sententiis au De regno c’est, à notre avis, une sorte de prudence politique, issue de la lecture que Thomas d’Aquin fait des livres sapientiels de l’Ancien Testament. Sans avoir l’intention de nier les différences qui existent entre les deux textes thomasiens, il nous semble évident qu’ils dégagent plutôt la perspective d’une science politique attentive aux pratiques du temps, mais encore réservée quant aux concepts liés au consentement exprimé par le principe quod omnes tangit, principe que la prudence politique n’a pas encore assimilé.
codicologica
19. Chôra: Volume > 7/8
Adinel-Ciprian Dincă A little known Aquinas Manuscript in Romania
abstract | view |  rights & permissions | cited by
Le ms. 608 de la Bibliothèque Brukenthal de Sibiu contient la première partie de la Summa theologiae (ff. 1-167) et, de manière incomplète, la Summa contra Gentiles (ff. 168-317) de St. Thomas d’Aquin. L’auteur analyse le manuscrit sous l’angle paléographique et relève les principales caractéristiques de son écriture, une littera Parisiensis currens du XIIIe siècle. L’écriture et la décoration suggèrent en effet une datation du manuscrit à la fin du XIIIe siècle. D’autres éléments, tel le système des peciae, semblent confirmer l’origine parisienne du livre. L’intérêt de ce manuscrit thomiste peu connu aux chercheurs réside dans son histoire médiévale. À la différence des livres médiévaux des autres bibliothèques roumaines, qui ont pour la plupart été acquis par des bibliophiles modernes, lesmanuscrits de Sibiu proviennent des anciennes bibliothèques de la ville, attestées dès le XIVe siècle. Bien qu’il ne se retrouve pas tel quel dans les inventaires de livres rédigés à Sibiu aux XIVe-XVe siècles, et notamment dans la liste transmise par la Matricula plebaniae cibiniensis (1442), le ms. 608 pourrait être un des livres du couvent dominicain de Sibiu.
comptes rendus
20. Chôra: Volume > 7/8
Adela Cîmpean Democrito e l’Accademia. Studi sulla transmission, dell’atomismo antico da Aristotele a Simplicio.
view |  rights & permissions | cited by